Archives de la catégorie AU SERVICE DES COLLECTIVITES

Journée « Eco-troc : imaginons ensemble la consommation durable

Aux côtés de Laurence Rossignol, Secrétaire d’Etat chargée de la Famille et des Personnes âgées et Anne-Claire Delafontaine, Vice-Présidente du Conseil général, chargée des politiques d'insertion et de la petite enfance

Aux côtés de Laurence Rossignol, Secrétaire d’Etat chargée de la Famille et des Personnes âgées, d’Emmanuel Berthier, Préfet de l’Oise, et d’Anne-Claire Delafontaine, Vice-Présidente du Conseil général, chargée des politiques d’insertion et de la petite enfance

Le 13 avril, la manifestation « Eco-troc », à l’Hôtel du Département, a réuni une cinquantaine d’exposants, reconnus pour leur capacité à utiliser au mieux les ressources et l’énergie limités dont la nature nous a dotés. Cette journée a mis en valeur les solutions imaginées par les associations et les collectivités de l’Oise, pour consommer et vivre dans le respect de nos ressources naturelles. Les exposants ont ainsi partagé leurs idées pour réparer soi-même ses objets, leur donner une seconde vie, ou encore, consommer malin et équitable.

Cette journée était plus particulièrement placée sous le signe de l’échange et du troc. Produire où l’on consomme, éviter de jeter et de gaspiller notre énergie : ces principes, vieux comme l’homme, retrouvent aujourd’hui toute leur place dans notre quotidien, et s’imposent comme une véritable leçon de bon sens.

 

La manifestation « Eco-troc » le rappelle : « l’intelligence territoriale », c’est-à-dire l’innovation venue du territoire, nourrie de l’expérience, est la réponse la plus solide sur laquelle nous appuyer pour relever, ensemble, les défis du 21ème siècle.

 

 

Toutes les informations sur Oise.fr.

, , ,

Commenter

Suite au discours de politique générale prononcé par Manuel Valls

A la suite du discours de politique générale prononcé par Manuel Valls, je tiens à souligner le dynamisme dont a fait preuve le Premier Ministre et le souffle nouveau qu’il incarne.

 

J’appelle à ce que ce volontarisme soit mis à profit pour redresser la France en s’appuyant sur les atouts dont notre pays dispose.

 

A ce titre, l’intelligence territoriale est un atout majeur et non une charge, comme les cercles bien-pensants parisiens ont trop tendance à le faire croire. Le cliché récurrent d’un « millefeuille territorial » s’évapore au contact de la réalité des services de proximité déployés sur nos territoires et plébiscités par nos concitoyens.

 

Au premier rang de ces territoires, les départements, institutions ancrées dans l’histoire de ce pays, façonnées depuis deux cents ans dans la glaise du quotidien, prouvent leur utilité par l’efficacité des actions menées.

 

C’est ainsi que chaque jour, dans l’Oise, plus de 3500 agents départementaux améliorent le vivre ensemble en accomplissant leurs missions de solidarité et d’accompagnement des plus fragiles, en offrant les moyens de l’épanouissement de la jeunesse collégienne, en développant les réseaux routiers et en inventant ceux numériques de demain.

 

Je veux croire que l’annonce d’un grand débat national sur l’avenir des départements sera l’occasion d’une mobilisation en faveur du rôle indispensable des territoires, et non pas celle de se résigner à signer le registre des condoléances d’une mort annoncée des collectivités départementales.

 

L’Oise se tient prête à accueillir le Premier Ministre, pour qu’il constate  l’impérieuse nécessité de maintenir l’action publique locale en proximité.

 

C’est en confortant cette assise territoriale que la France sera grande, au risque sinon de devenir un colosse aux pieds d’argile.

 

Je réitère tout mon soutien aux agents départementaux et les appelle à poursuivre leurs actions avec le même dévouement, pour porter fièrement les valeurs du service public départemental.

, ,

Commenter

Connaissez-vous le Made in 60 ?

Made in 60Démarrer sa journée par un jus d’orange Tropicana, produit à Hermes, utiliser une brosse de la Brosserie française de Beauvais ou manger une part de cake Lemarié de Chaumont-en-Vexin sont des gestes qui font partie du quotidien de milliers d’Isariens, de Français, de consommateurs du monde entier.

Quelques-uns de ces ambassadeurs de l’Oise sont rassemblés dans cette exposition « Made in 60 », ainsi que dans le label qui a vocation à la prolonger. Vous y trouverez des entreprises connues partout dans le monde, comme LVMH ou Unilever, des leaders dans des secteurs de pointe, comme Isagri, ou des producteurs qui font partie de l’identité de l’Oise, comme la cidrerie Maeyert.

L’exposition « Made in 60 » rassemble une quarantaine d’entreprises Isariennes. Elle cherche à valoriser les nombreux savoir-faire de l’Oise dans les domaines industriel, agricole ou artisanal ; dans les techniques traditionnelles qui se renouvellent pour être plus attractives aussi bien que dans les domaines de pointe, dans lesquels notre département excelle.

Par cette exposition, le Conseil général de l’Oise souhaite mettre en valeur les hommes et les femmes qui sont derrière ces puissantes réussites économiques. Vous verrez dans les images et les objets exposés ici la matérialisation des efforts, de la créativité et de l’inventivité des entrepreneurs et des travailleurs Isariens.

Par-delà cet aspect humain, il s’agit de transmettre un message de combativité. Car dans un monde globalisé, dans lequel la concurrence entre les entreprises est si intense, la seule manière de sauvegarder nos emplois et nos atouts, de développer les activités qui font vivre le territoire, est d’être toujours plus innovants.

 

 

Retrouvez le discours prononcé lors de l’inauguration de l’exposition Made in 60.

, ,

Commenter

La Commission de Développement Durable de l’Oise : ensemble pour innover

CDDOJ’ai convié ce jeudi 3 avril, à l’Hôtel du Département, tous les membres du Conseil de Développement Durable de l’Oise, à l’occasion de l’Assemblée plénière. 2014 sera une année décisive, avec notamment la révision de notre Agenda 21.

Durant un an, les membres du CDDO, représentants des collectivités territoriales, des associations, des groupes professionnels et les élus, échangeront pour proposer des actions ambitieuses et innovantes. Il s’agit de prévoir une gestion des déchets respectueuse de l’environnement, des riverains et des contribuables ; l’accès à un logement de qualité ; la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

En 2014, nous travaillerons particulièrement au problème grandissant des transports et de la consommation d’énergie. Le développement du télétravail apportera une réponse, en lien avec le programme « Oise très haut débit » (la fibre optique pour tous, à domicile, en moins de 10 ans). Le Conseil général de l’Oise préfigure d’ailleurs un réseau de télécentres à l’échelle départementale, en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations et l’Union Européenne.

 

Les contributions du CDDO compléteront le travail de nos élus et de nos agents, tournés vers le même objectif : construire l’Oise de demain, durable et solidaire.

 

 

Toutes les informations sont sur Oise.fr.

, , ,

Commenter

« L’innovation est sans cesse en mouvement »

News Press a mis en ligne le 2 avril mon interview consacrée à l’innovation et au numérique dans l’Oise :

 

« 1. Gilles Babinet que je recevais la semaine dernière qualifiait le numérique de « pétrole » du 21ème siècle. Alors qu’elle est la place du numérique dans le département de l’Oise ?

NewspresseL’Oise a beaucoup de pétrole du 21ème siècle et le département a été précurseur dans ce domaine qui est un accélérateur de développement du territoire et de confort pour la population. Dès 2004, nous avons adopté un plan d’équipement numérique visant à mettre en place un véritable réseau de télécommunication propre au département. Nous avons décidé de déployer le Très Haut Débit avec pour objectif de raccorder tous les foyers à la fibre optique.

Car nous avons dans ce département une équation à résoudre: l’Oise est le département dans lequel la distance parcourue entre le domicile et le lieu de travail est l’une des plus longues dans notre pays soit 30 kilomètres par jour !

Je conçois le numérique comme un facilitateur de service au public. C’est pourquoi, nous encourageons le télétravail qui doit permettre une plus grande souplesse pour le recrutement des habitants de l’Oise. Il est vrai que le monde du travail dans notre pays est réfractaire à ce mode d’organisation de l’entreprise plus courant chez nos voisins. Mais, les choses évoluent et nous souhaitons apporter notre contribution.

2. Peut on parler de résistance au changement dans la société française et dans ses institutions ?

Vous évoquez les freins, les réticences. Oui je le crois. L’innovation dans le fonctionnement de l’administration, dans le mode d’organisation du service public bouleverse les habitudes et oblige à se remettre en question. Puisque vous me tendez la perche, les journalistes eux aussi ont une responsabilité et un rôle à jouer. A force de mettre en « une » ce qui ne fonctionne pas, « les trains qui n’arrivent pas à l’heure… », on donne l’impression à nos concitoyens que tout va mal !

Or l’Etat et les collectivités locales – ces dernières davantage peut être – ne cessent d’innover. Il serait utile que la presse relate aussi ces innovations, les initiatives des élus et des agents de la fonction publique ; bref ce qui fonctionne, ce qui marche. Le meilleur moyen de sortir de la sinistrose ambiante, c’est précisément de mettre en avant tous les atouts de notre pays.

3. En terme d’innovation quels sont donc les domaines que vous privilégiez ?

L’enseignement est un investissement sur l’avenir. Vos lecteurs ne le savent peut être pas ; nous partageons cette responsabilité avec l’Etat, le département assure l’investissement, l’entretien des collèges tandis que le ministère de l’éducation nationale s’occupe de l’enseignement et du corps enseignant. Nous avons décidé depuis 2009 de doter chaque collégien d’un ordinateur et depuis l’année dernière d’une tablette dans le cadre de l’opération « ordi60 ». Grâce à cet instrument les cours arrivent à la maison, les parents disposent d’un meilleur suivi des programmes, des leçons et des devoirs. Pour les enseignants, c’est un véritable outil pour travailler, pour préparer les cours, pour présenter les leçons en cours avec des logiciels éducatifs, pour faire participer la classe. Une relation directe se met en place entre les professeurs et leurs élèves. Les collégiens remettent leurs devoirs par mail à l’enseignant ou reçoivent des conseils, des précisions de sa part. On assiste à la transmission individuelle du savoir.

Par ailleurs au sein de ces collèges, nous avons favorisé l’acquisition de nouveaux logiciels, de nouvelles applications pour adapter l’enseignement aux nouvelles habitudes de nos jeunes. Le numérique entraine une véritable révolution pédagogique et de la vie scolaire. C’est pour cette raison qu’un de nos collèges a été sélectionné avec 22 autres établissement du premier degré pour expérimenter le dispositif « des collèges connectés ».

4. Les départements interviennent essentiellement dans le domaine social. Comment moderniser les services au public dans un domaine qui se résume souvent à l’attribution d’aides financières ?

Les départements sont aujourd’hui le « socle social » de la population française. En effet, c’est auprès d’eux que les familles s’adressent pour les aides aux handicapés, à la petite enfance, à l’insertion. A cet égard, peu de nos concitoyens savent que le RMI devenu RSA est attribué par les départements ! Nous avons aussi la responsabilité des personnes âgées ; ainsi nous fournissons aux familles une aide personnalisée et nous assurons le financement des EHPAD, les établissements pour l’accueil de nos anciens. J’ai demandé aux services du département de donner une valeur à notre intervention au delà de l’aspect financier grâce à l’amélioration de l’accueil, de l’information due aux familles et des contrôles sur la qualité des services rendus par nos partenaires.

Nous accompagnons aussi les évolutions de la société dans la conception même de nos services aux personnes âgées. Comme vous le savez les sociologues ont établis que la détresse majeure du 3ème âge résulte de la solitude. C’est la raison pour laquelle, j’ai lancé les « EHPAD hors les murs » un dispositif qui permet, avec la même qualité d’assistance, de maintenir les aînés à leur domicile, dans leur environnement, dans leur sphère de vie. Nous avons mis en place dans l’Oise les « visiteurs de convivialité ». Ce sont des jeunes embauchés en contrat d’avenir par le Département qui reçoivent une formation qui les destine à l’accompagnement des personnes âgées, à l’organisations de visites régulières, à une participation à leur environnement et aux associations locales. Cette expérience de 18 mois donne du sens à des jeunes sans qualification et assure un lien entre la jeunesse et les personnes âgées.

L’innovation est sans cesse en mouvement !

Entretien entre Jean François Puech et Yves Rome au Sénat »

 

Retrouvez mon interview sur le site de News Press.

, ,

Commenter

De nouveaux locaux pour les activités périscolaires des jeunes de Houdancourt et de Sacy-le-Petit

Aux côtés de Joseph Sanguinette, Vice-Président du Conseil général, Conseiller général du canton de Ressons-sur-Matz, de Charles Pouplin, Conseiller général du canton d’Estrées-Saint-Denis, de Marcel Fouet et de Daniel Hiberty, Maire de la commune.

Aux côtés de Joseph Sanguinette, Vice-Président du Conseil général, Conseiller général du canton de Ressons-sur-Matz, de Charles Pouplin, Conseiller général du canton d’Estrées-Saint-Denis, de Marcel Fouet et de Daniel Hiberty, Maire de la commune.

Les jeunes de Houdancourt et de Sacy-le-Petit bénéficient d’une nouvelle salle périscolaire, que j’ai inaugurée le 20 février.

La salle communale de Houdancourt a été étendue et réaménagée pour accueillir les activités périscolaires, en plus d’évènements associatifs et festifs. Suite aux travaux, les personnes à mobilité réduite peuvent y accéder sans problème.

Les collectivités et représentants de l’Etat ont travaillé partenariat pour conduire le projet et améliorer ainsi le quotidien des jeunes : le Conseil général participe au financement du projet à hauteur de 41% (166 000 €), sur un coût total de 402 000 €, aux côtés de la Région (110 000 €), de la Caisse d’Allocations Familiales (pour le mobilier) et de la commune. Les travaux ont mobilisé 10 entreprises de l’Oise.

 

Le Département assure aux jeunes les meilleures conditions pour mener leur scolarité. Notre collectivité a notamment choisi, au-delà de ses compétences obligatoires, de transporter gratuitement tous les élèves de l’Oise, de la maternelle au lycée. C’est un coup de pouce au pouvoir d’achat des familles : cela représente une économie de 1 000 euros par an par élève transporté, pour les 53 000 jeunes bénéficiaires.

 

 

Toutes les informations sur Oise.fr.

, , ,

Commenter

Tous les services publics de proximité rassemblés en un lieu unique, à la Maison du Conseil général à Ressons-sur-Matz

Aux côtés de Joseph Sanguinette, Vice-Président du Conseil général, Conseiller général du canton de Ressons-sur-Matz, de Charles Pouplin, Conseiller général du canton d’Estrées-Saint et de Thierry Frau, Conseiller général du canton de Lassigny.

Aux côtés de Joseph Sanguinette, Vice-Président du Conseil général, Conseiller général du canton de Ressons-sur-Matz, de Charles Pouplin, Conseiller général du canton d’Estrées-Saint et de Thierry Frau, Conseiller général du canton de Lassigny.

La Maison du Conseil général (MCG) à Ressons-sur-Matz, labellisée « Relais de service public », accueille désormais le public dans de nouveaux locaux –inaugurés le 20 février.

Elle regroupe en un lieu unique, moderne et spacieux, 16 services différents. L’ensemble des services de proximité du Département y sont présents, notamment la Maison de la Solidarité, et la Protection Maternelle et Infantile (PMI).

La MCG fournit des conseils sur tous les sujets du quotidien, au-delà des compétences du Département, grâce aux permanences des professionnels du logement (avec l’ADIL), de l’emploi (Mission locale, Pôle Emploi), de la famille (Caisse d’Allocations Familiales), du budget (Direction départementale des finances publiques), de la santé (Caisse primaire d’assurance maladie, Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé), des économies d’énergie (ADEME), des questions juridiques (Centre d’Accès aux Droits)…

La MCG est le point d’entrée des Isariens pour mener leurs démarches et bénéficier des conseils des professionnels. Plus de 95 000 usagers ont déjà bénéficié d’un accompagnement, en 2013, à Ressons-sur-Matz.

 

Les Maisons du Conseil général de l’Oise sont l’affirmation de la présence du Département sur le territoire, et elles préfigurent la mise en œuvre des schémas départementaux d’accessibilité des services au public, prévus dans le deuxième volet de la loi de décentralisation.

 

 

Toutes les informations sur Oise.fr.

, , ,

Commenter

3 jeunes rejoignent la Mairie de Maignelay-Montigny avec les contrats Emploi d’Avenir

Le 20 février, avec Denis Flour, Maire de Maignelay-Montigny, et une jeune bénéficiaire d'un contrat Emploi d'avenir

Le 20 février, avec Denis Flour, Maire de Maignelay-Montigny, et une jeune bénéficiaire d’un contrat Emploi d’avenir

La municipalité de Maignelay-Montigny a recruté 3 jeunes Isariens en Emploi d’avenir. Ils rejoignent les services communaux à temps plein, sur des missions qualifiantes, qu’ils apprendront grâce à leur tuteur.

 

Ces contrats sont un outil efficace pour mettre un premier pas dans la vie active, sur un marché du travail qui laisse souvent peu de place aux jeunes.

Le Conseil général de l’Oise a donc créé une réelle dynamique soutenir le dispositif, en fixant l’objectif ambitieux de 400 recrutements d’ici la fin de l’année, dont 200 dans les services départementaux.

Pour faciliter le recours au dispositif, le Département accompagne financièrement, durant 3 ans, les employeurs (communes, EPCI et associations locales). Cet appui complète les autres aides publiques, notamment celle de l’Etat, et limite ainsi considérablement le reste à charge des recruteurs.

 

 

Tous les détails sur le dispositif sur Oise.fr, par téléphone au 03 44 06 65 99, ou par mail, en écriant à emploi-avenir(at)cg60.fr.

, , ,

Commenter

A Longueil-Sainte-Marie, les élus de l’Oise préparent l’avenir du transport fluvial

Le 20 février, j’ai à nouveau été investi, pour une durée d’un an, Président du Comité syndical du port fluvial de Longueil-Sainte-Marie, par les représentants du Conseil général de l’Oise, de la Communauté de Communes de la Plaine d’Estrées et de l’Agglomération de la région de Compiègne.

 

Après avoir inauguré la plateforme multimodale de Longueil-Sainte-Marie en novembre dernier, un an seulement après le lancement des travaux, nous continuons de nous mobiliser pour stimuler l’économie isarienne.

L’infrastructure positionne l’Oise comme un acteur majeur du transport fluvial et rend le territoire toujours plus attractif pour les entreprises de logistique et de transports de marchandises. Le port, placé stratégiquement au Nord de l’Europe, au débouché de l’A1 Paris-Lille-Bruxelles, à 60 kilomètres de Paris, est appelé à devenir une zone logistique de première importance.

Pour favoriser davantage encore l’essor de la plateforme, elle sera complétée par un « center-trucks », un centre de services aux chauffeurs routiers, en cours de réalisation par la Société des Autoroute Nord-Est de la France. A terme, le port pourrait également bénéficier d’un raccordement ferroviaire à la ligne Longueil-Saint-Marie / Verberie / Ormoy-Villers.

 

 

200 000 tonnes de granulats devront transiter chaque année par Longueil-Sainte-Marie. Cela constitue un atout majeur pour les entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics, l’un des piliers majeurs de l’économie de l’Oise.

, ,

Commenter

Giraumont renforce son offre de logements accessibles à tous

En compagnie d'André Vantomme, Président de l'OPAC de l'Oise, 1er Vice-président du Conseil général, Joseph Sanguinette, Vice-président du Conseil général, Conseiller général du canton, et Charles Pouplin, Conseiller général du canton d'Estrées-Saint-Denis.

En compagnie d’André Vantomme, Président de l’OPAC de l’Oise, 1er Vice-président du Conseil général, Joseph Sanguinette, Vice-président du Conseil général, Conseiller général du canton, et Charles Pouplin, Conseiller général du canton d’Estrées-Saint-Denis.

La commune de Giraumont dispose désormais de 12 logements locatifs supplémentaires, pour répondre à la demande des habitants de pouvoir se loger à coût abordable. Le projet immobilier a été conduit en partenariat avec la commune, qui a mis à disposition le terrain, le bailleur social, l’OPAC de l’Oise, et le Département, qui a apporté une subvention de 61 000 €.

 

Au Conseil général, alors même que le logement n’est pas une compétence obligatoire, nous sommes fermement convaincus de la nécessité d’appuyer les partenaires du logement –collectivités locales et bailleurs sociaux. C’est pourquoi nous avons créé dès 2004, en partenariat avec la Région Picardie, le Fonds Départemental d’Intervention en faveur du Logement, une enveloppe de 6 millions d’euros pour aider les bailleurs sociaux à équilibrer financièrement leurs projets. 6 074 logements sociaux ont vu le jour grâce au dispositif.

En complément, les collectivités et porteurs de projets locaux peuvent compter sur l’Etablissement Public Foncier Local de l’Oise (428 communes adhérentes), qui a mobilisé depuis 2009 plus de 5 millions d’euros en maîtrise foncière et 29 millions d’euros en bail emphytéotique, pour près de 2 000 logements locatifs construits grâce à cette mobilisation sans égal.

 

 

Toutes les informations sur Oise.fr et sur le site de l’EPFLO.

, , , ,

Commenter