Archives de la catégorie REFORME DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

Les Visiteurs de convivialité : un nouveau métier pour répondre aux nouveaux besoins

Visiteurs de convivialitéL’augmentation de l’espérance de vie représente de nouvelles opportunités pour l’avenir et notamment celle de profiter plus longtemps de ses proches. Mais cette évolution majeure de notre société pose certains défis comme celui d’accompagner dignement les aînés ou encore celui de travailler à resserrer les liens entre les générations pour lutter contre l’isolement.

Car en effet, lors de mes rencontres avec les Isariens, les seniors m’ont trop souvent confié leur sentiment de solitude. Dans l’Oise, j’ai refusé cette fatalité et nous avons ainsi décidé d’expérimenter en 2011 un nouveau métier « le visiteur de convivialité ».

Cette réussite a conduit le Département à créer un nouveau service au public, intégré à la collectivité départementale et ce en novembre 2013 : « le Service Départemental de convivialité ». Rompre l’isolement des personnes âgées et favoriser l’insertion des jeunes éloignés de l’emploi en s’appuyant sur le dispositif emploi d’avenir, voici le double objectif de ce service. Le Conseil général a donc décidé de combiner sa politique d’insertion à celle menée au bénéfice des personnes âgées avec une visée commune : l’Autonomie. Celle-ci s’incarne et se développe grâce aux liens intergénérationnels qui se nouent entre ces deux publics. Et aujourd’hui, près de 1000 personnes âgées sont accompagnés sur tout le département.
Lire la suite »

, , , ,

Commenter

L’école numérique : l’Oise a pris un temps d’avance

Le Parlement a adopté en juillet 2013 le Projet de Loi sur la Refondation de l’Ecole de la République : le texte est le premier à reconnaître pleinement la place du numérique à l’école. Il vise à faciliter l’équipement informatique et le raccordement de toutes les écoles ; à renforcer la formation des professeurs en matière de numérique ; et à mettre en place un « service public de l’enseignement numérique et de l’enseignement à distance ».

 

Je salue ces avancées et je me félicite que le chemin emprunté par l’Oise il y a plusieurs années, vers « l’école numérique », soit suivi par d’autres.

Le Département a en effet pris une longueur d’avance. Notre collectivité a raccordé tous les collèges publics au très haut débit, pour un accès plus rapide aux nouvelles connaissances. Le taux d’équipement dans les collèges isariens est supérieur à la moyenne nationale, avec 1 ordinateur en moyenne pour 5 élèves (contre 1 pour 10 en France), ainsi que les Tableaux Blancs Interactifs dans tous les établissements.

Pour lutter contre la fracture numérique, chaque collégien est doté, depuis 10 ans, de matériel personnel, son Ordi60 (d’abord un ordinateur et, désormais, une tablette). L’élève bénéficie d’un environnement numérique global créé par le Département : applications installées sur les tablettes (dictionnaires…) ; abonnement de tous les collégiens et leurs enseignements au dispositif de soutien scolaire en ligne ; espace numérique de travail, pour relier les jeunes, leurs familles et les équipes pédagogiques et suivre, jour après jour, la scolarité…

La capacité d’innovation dans l’Oise a été reconnue à l’échelle nationale. Un établissement de l’Oise a ainsi été sélectionné par la Cellule Académique de Recherche, Développement en Innovation et Expérimentation, pour expérimenter la « pédagogie inversée » (visionner les cours en dehors des heures de classe et réserver le temps scolaire aux travaux pratiques avec l’enseignant).

, , , ,

Commenter

Collectivités locales : au premier plan pour amener le Très Haut Débit sur tous les territoires

Depuis 3 ans, je me suis fortement engagé au Sénat pour faire reconnaître le rôle « d’aménageur numérique » des collectivités, sécuriser le cadre de leurs interventions et lutter ainsi contre la fracture numérique.

Des nouveaux droits ont été conquis dans le cadre législatif et les collectivités sont désormais entrées en action, avec un accompagnement financier de l’Etat. Mais ce cadre reste perfectible.

 

syndicat mixte oise très haut débitL’Oise, pionnière du Très Haut Débit

Depuis 10 ans, j’ai placé mon action d’élu de l’Oise, département rural, sous le signe de la lutte contre la fracture numérique. En 2004, le Conseil général a décidé d’amener le haut débit (ADSL standard 512 kb / seconde) à tous les Isariens. Avec la société TélOise, nous avons couvert l’ensemble territoire en quelques années.

En 2012, j’ai choisi d’aller plus loin en lançant le plan « Oise Très Haut Débit » : amener la fibre optique (débits 200 fois plus rapides que l’ADSL) au domicile de chaque Isarien, sans frais de raccordement, en moins de 10 ans.

Pour atteindre cet objectif ambitieux et consensuel, le Département a fédéré les partenaires locaux (déjà 514 collectivités ont rejoint la dynamique), nationaux et européens, finançant ensemble cet investissement d’une ampleur inégalée : déployer 10 000 km de fibre.

Lire la suite »

, , , ,

Commenter

Lever les freins à la construction de logements avec les Etablissements Publics Fonciers Locaux

LogementDès 2004, le Département de l’Oise s’est emparé de tous les moyens offerts par la loi pour lutter contre les dérives du marché de l’immobilier et favoriser la construction de logements. Le Conseil général a ainsi créé l’un des premiers Etablissement Publics Fonciers Locaux, l’EPFLO, dès 2007.

En mutualisant les moyens des collectivités, nous avons augmenté notre capacité d’action et obtenu rapidement des résultats tangibles : 4 400 logements sont déjà engagés, notamment par les bailleurs isariens, l’Opac de l’Oise et Oise Habitat. La dynamique lancée dépasse désormais le cadre notre département : 430 communes, de l’Oise et de Picardie ont demandé à adhérer à l’EPFLO, représentant désormais 637 000 habitants. Surtout, cette première réussite essaime sur d’autres territoires et on compte désormais plus d’une vingtaine d’EPFL.

 

logo_epflo

Cette réalisation d’ampleur, dans l’Oise, m’a valu de porter au Sénat plusieurs amendements essentiels dans la loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové, en mars 2014.

Ainsi, j’ai obtenu que le périmètre des Etablissements publics fonciers locaux existants soit sécurisé, comme le réclamaient de nombreux élus territoriaux. Les deux articles adoptés ont également été salués par l’ensemble des EPFL qui pourront, à l’avenir, continuer à soulager, dans la mesure de leurs compétences, la crise de l’immobilier.

, , , , , ,

Commenter

Canal Seine Nord : le lancement est urgent, l’Oise est prête !

Le transport fluvial résiste à la crise : écologique, compétitif, fiable et consommant peu de carburant, ses atouts sont nombreux. Pourtant, la France reste en retard dans le domaine, comme je l’indiquais en juillet dernier dans mon rapport au Sénat : « Un canal d’avenir au service du développement durable ».

 

Dans l’Oise, les élus ont anticipé l’essor du secteur et ont créé les conditions nécessaires pour positionner le département au cœur du trafic international. Plusieurs milliers d’emplois sont attendus, dans les travaux publics, le transport de marchandise, la construction industrielle…

 

longueil_ste_marie_-_vue_aerienneEn novembre 2013, après seulement un an de travaux, le Conseil général a lancé la plateforme multimodale de Longueil-Sainte-Marie. Le port fluvial placera l’Oise au cœur des échanges commerciaux Paris / Rouen et insérera le département dans le vaste ensemble économique qui s’étend jusqu’à la Belgique et les Pays-Bas. Le Conseil général a apporté 2,6 millions d’euros, sur un total de 17 millions, en partenariat avec la Région, l’Agglomération de la Région de Compiègne et la Communauté de Communes de la Plaine d’Estrées. Les outils du Département, l’EPFLO pour le portage foncier et la Société d’Aménagement de l’Oise pour les travaux, ont assuré quant à eux la conduire réussite et rapide du projet.

 

La plateforme de Longueil-Sainte-Marie bénéficie pleinement du Programme Interrégional d’Aménagement de l’Oise, achevé en 2011 : la mise à grand gabarit de la rivière Oise et la modernisation des ouvrages de navigation sur 100 km de voies navigables. Le Conseil général est intervenu en partenariat avec les régions Picardie et Ile-de-France, pour un total de 100 millions d’euros.

Lire la suite »

, , , , ,

Commenter

Maintien des services publics départementaux : indispensable à la solidarité et au bien-vivre ensemble

RTEmagicC_departement-present_01.jpgEn novembre dernier, la Ministre de l’égalité des territoires déclarait en séance publique : « Les maisons de services au public sont un outil remarquable de reconquête de la présence des services publics sur les territoires ».

 

Depuis 3 ans, je valorise au Sénat et, plus largement, auprès des instances nationales, les initiatives isariennes en matière de service public départemental. L’Oise se positionne en fer de lance : le réseau des Maisons du Conseil général est ainsi salué pour sa capacité à recréer du lien sur des territoires qui, sans la présence du Département, seraient tombés en déshérence.

Les MCG de l’Oise rassemblent en un lieu unique, l’ensemble des services de notre collectivité et des partenaires volontaires (Caisse d’allocation familiale, ADIL60, spécialiste du logement …) pour conseiller et orienter les usagers sur leurs questions du quotidien : finances, handicap, garde d’enfant…

Le réseau isarien poursuit sa démarche-qualité, avec l’obtention de nouveaux labels « Maison de relais du service public » à Ressons-sur-Matz et au Plessis-Belleville.

 

En novembre dernier, j’ai donc indiqué en séance publique, au Sénat, la candidature de l’Oise, dans le cas où une expérimentation serait autorisée en vue de reconfigurer les services départementaux au public.

Toutefois, la réforme territoriale en cours pourrait briser ce fragile équilibre et freiner la dynamique de modernisation dont les collectivités sont porteuses.

Le cadre d’action actuel doit donc être sécurisé et renforcé : il en va de la qualité de vie et de l’égalité entre les territoires. Il n’est pas acceptable que les zones rurales soient sacrifiées au nom d’une réforme territoriale conçue uniquement pour les territoires urbains. Je serai particulièrement vigilant au Sénat, et je veillerai à impliquer les Isariens, étape après étape, pour que la voix des départements ruraux soit entendue.

, , ,

Commenter

Des territoires vivants, qui restent maîtres de leur destin

Sans titreA quand le 3ème acte de la décentralisation ?

L’organisation décentralisée de notre République est une force mais je suis persuadé, comme la majorité des Français, qu’il est devenu nécessaire de moderniser son application dans les territoires. J’en appelle donc de mes vœux à une réforme ambitieuse, laissant place aux initiatives locales. Mais pour cela, les élus doivent, avant toute chose, être en mesure de définir clairement le rôle des collectivités et les complémentarités avec l’Etat. Sans cela, il n’est pas acceptable que des mesures technocratiques viennent interférer dans les partenariats déjà existants, qui ont prouvé leur efficacité, comme le couple Département – communes ou les partenariats entre le Département et les associations.

 

Au sein de la Commission développement durable, infrastructures, équipement et aménagement du territoire du Sénat, j’en ai appelé à un changement de méthode, pour davantage de concertation avec les territoires ; ainsi qu’au renforcement des services publics départementaux.

Lire la suite »

, , ,

Commenter

3 ans d’action au Sénat pour porter la voix des collectivités de l’Oise

Sénat

Le 25 septembre 2011, les élus isariens m’ont accordé leur confiance pour porter leur voix au Sénat.

Depuis 3 ans, mon travail sénatorial s’appuie sur mon expérience dans l’Oise. Par mes allers-retours entre le local et le national, et par la valorisation des exemples isariens, j’apporte la preuve du dynamisme, de la créativité et de l’intelligence qui irriguent les territoires.

Il s’agit de renforcer l’attractivité de l’Oise et de partager les expériences qui fonctionnent. Le Sénat est le laboratoire des innovations territoriales.

 

J’ai placé mon action sous le signe de l’aménagement du territoire avec un objectif : sécuriser le rôle des collectivités et faciliter leur prise d’initiative. Les élus doivent rester les « premiers investisseurs locaux », les leviers indispensables à la croissance et à l’économie.

 

A l’occasion de cette troisième année d’action, je souhaite vous rendre compte de mes trois premières années de mandat et ouvrir les perspectives pour 2015.

, ,

Commenter

« Le Département, créateur de cohérence territoriale » : mon intervention sur Public Sénat

Le 11 septembre, Public Sénat a consacré un reportage à la réforme territoriale en cours, avec un zoom sur l’échelon départemental : « Le Département, créateur de cohérence territoriale ». Retrouvez mon intervention :

 

Yves Rome Sénat

 

 

Visionnez l’émission dans son intégralité sur le site de Public Sénat.

, , ,

Commenter

« Le département doit rester le lieu de gestion de la sécurité civile»

Je suis intervenu dans La Gazette des communes, pour réagir à la volonté du gouvernement de « ré-étatiser » les Services Départementaux d’Incendie et de Secours (SDIS) et pour rappeler les dossiers en cours à l’échelle nationale, avec la Conférence Nationale des Services d’Incendie et de Secours (CNSIS)  :

Yves Rome SDIS CNIS

Retrouvez l’intégralité de mon entretien sur le site de la Gazette.

, , , ,

Commenter