Archives de la catégorie NUMERIQUE

Déploiement du très haut débit : quels sont les freins à l’échelle nationale ?

Yves Rome FIRIPJe suis intervenu à la table ronde organisée par la Fédération des Industriels des Réseaux d’initiative Publique (FIRIP), le 8 avril, pour présenter le point de vue des collectivités dans le cadre du déploiement du très haut débit.

Grâce aux nouveaux droits conquis dans le cadre législatif, les collectivités sont désormais entrées en action localement, avec un accompagnement financier de l’Etat. Dans l’Oise, par exemple, nous avons programmé, dès décembre 2012, le raccordement en moins de 10 ans de chaque domicile à la fibre optique (FttH, la fibre jusqu’à l’abonné).

Au Département comme à l’échelle nationale, le déploiement du THD sera porteur de la relance sur nos territoires, grâce aux chantiers de construction des réseaux, au développement des services numériques et à l’amélioration de la compétitivité.

Pour rendre cette technologie accessible sur tout le territoire, l’Etat a adopté en février 2013 le Plan France Très Haut Débit. Le document doit aujourd’hui faire l’objet de décisions rapides pour produire tous ses effets. Je les ai rappelées la semaine dernière à Arnaud Montebourg, Ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique :

-          Accorder davantage de place aux collectivités dans la gouvernance du Plan -puisqu’elles portent les deux tiers du risque financier (près de 13 milliards sur les 20) ;

-          Ajuster le cahier des charges du Plan (concernant la desserte des entreprises, la continuité territoriale…) ;

-          Discuter avec le repreneur de SFR et envisager les modifications à apporter au Plan suite aux évolutions récentes du marché.

 

Retrouvez le détail de mon adresse au Ministre.

, ,

Commenter

Ma réaction suite à la nomination du nouveau Gouvernement

 

J’ai attiré le 3 avril l’attention d’Arnaud Montebourg, Ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, au sujet du très haut débit. Mon message a été publié sur le site Localtis :

 

« Yves Rome attire l’attention d’Arnaud Montebourg sur le très haut débit

LocaltisLa réaction a été rapide suite à l’annonce de la reprise par Arnaud Montebourg du dossier numérique en tant que ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, alors que Fleur Pellerin en avait jusqu’ici la compétence déléguée. Dans une lettre ouverte, Yves Rome, le président de l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (Avicca), attire l’attention du ministre sur trois points stratégiques concernant le déroulement du Plan national Très Haut débit.
Rappelant les risques pris par les collectivités territoriales, « à savoir un total de 13 milliards sur les 20 du Plan », Yves Rome, également président du conseil général de l’Oise, souligne combien il est vital pour ces collectivités d’être directement associées à la gouvernance de l’établissement public en cours de création, l’agence numérique, qui accueillera la Mission France Très Haut débit dirigée par Antoine Darodes.
Le président de l’Avicca insiste également sur l’urgence à adapter le cahier des charges du Fonds pour la société numérique (FSN) avant de soumettre le plan français aux autorités européennes : « La première année de mise en œuvre du plan a montré la nécessité d’une souplesse sur certains chapitres, pour l’articulation avec les réseaux d’initiative publique de première génération, qui sont des services d’intérêt économique généraux, pour déployer une collecte adaptée, pour desservir partout les entreprises et services publics, pour permettre la continuité territoriale des départements et régions d’outre-mer », indique-t-il.
Enfin, il appelle à une concertation approfondie entre l’Etat, les collectivités et le futur repreneur choisi pour le rachat de SFR « afin de réviser, autant que nécessaire, le Plan France Très Haut débit » dans la mesure où il ne fait pas de doute que ce rachat aura des conséquences et imposera de nouvelles adaptations. »

 

Retrouvez mon intervention sur Localtis.

 

Commenter

« L’innovation est sans cesse en mouvement »

News Press a mis en ligne le 2 avril mon interview consacrée à l’innovation et au numérique dans l’Oise :

 

« 1. Gilles Babinet que je recevais la semaine dernière qualifiait le numérique de « pétrole » du 21ème siècle. Alors qu’elle est la place du numérique dans le département de l’Oise ?

NewspresseL’Oise a beaucoup de pétrole du 21ème siècle et le département a été précurseur dans ce domaine qui est un accélérateur de développement du territoire et de confort pour la population. Dès 2004, nous avons adopté un plan d’équipement numérique visant à mettre en place un véritable réseau de télécommunication propre au département. Nous avons décidé de déployer le Très Haut Débit avec pour objectif de raccorder tous les foyers à la fibre optique.

Car nous avons dans ce département une équation à résoudre: l’Oise est le département dans lequel la distance parcourue entre le domicile et le lieu de travail est l’une des plus longues dans notre pays soit 30 kilomètres par jour !

Je conçois le numérique comme un facilitateur de service au public. C’est pourquoi, nous encourageons le télétravail qui doit permettre une plus grande souplesse pour le recrutement des habitants de l’Oise. Il est vrai que le monde du travail dans notre pays est réfractaire à ce mode d’organisation de l’entreprise plus courant chez nos voisins. Mais, les choses évoluent et nous souhaitons apporter notre contribution.

2. Peut on parler de résistance au changement dans la société française et dans ses institutions ?

Vous évoquez les freins, les réticences. Oui je le crois. L’innovation dans le fonctionnement de l’administration, dans le mode d’organisation du service public bouleverse les habitudes et oblige à se remettre en question. Puisque vous me tendez la perche, les journalistes eux aussi ont une responsabilité et un rôle à jouer. A force de mettre en « une » ce qui ne fonctionne pas, « les trains qui n’arrivent pas à l’heure… », on donne l’impression à nos concitoyens que tout va mal !

Or l’Etat et les collectivités locales – ces dernières davantage peut être – ne cessent d’innover. Il serait utile que la presse relate aussi ces innovations, les initiatives des élus et des agents de la fonction publique ; bref ce qui fonctionne, ce qui marche. Le meilleur moyen de sortir de la sinistrose ambiante, c’est précisément de mettre en avant tous les atouts de notre pays.

3. En terme d’innovation quels sont donc les domaines que vous privilégiez ?

L’enseignement est un investissement sur l’avenir. Vos lecteurs ne le savent peut être pas ; nous partageons cette responsabilité avec l’Etat, le département assure l’investissement, l’entretien des collèges tandis que le ministère de l’éducation nationale s’occupe de l’enseignement et du corps enseignant. Nous avons décidé depuis 2009 de doter chaque collégien d’un ordinateur et depuis l’année dernière d’une tablette dans le cadre de l’opération « ordi60 ». Grâce à cet instrument les cours arrivent à la maison, les parents disposent d’un meilleur suivi des programmes, des leçons et des devoirs. Pour les enseignants, c’est un véritable outil pour travailler, pour préparer les cours, pour présenter les leçons en cours avec des logiciels éducatifs, pour faire participer la classe. Une relation directe se met en place entre les professeurs et leurs élèves. Les collégiens remettent leurs devoirs par mail à l’enseignant ou reçoivent des conseils, des précisions de sa part. On assiste à la transmission individuelle du savoir.

Par ailleurs au sein de ces collèges, nous avons favorisé l’acquisition de nouveaux logiciels, de nouvelles applications pour adapter l’enseignement aux nouvelles habitudes de nos jeunes. Le numérique entraine une véritable révolution pédagogique et de la vie scolaire. C’est pour cette raison qu’un de nos collèges a été sélectionné avec 22 autres établissement du premier degré pour expérimenter le dispositif « des collèges connectés ».

4. Les départements interviennent essentiellement dans le domaine social. Comment moderniser les services au public dans un domaine qui se résume souvent à l’attribution d’aides financières ?

Les départements sont aujourd’hui le « socle social » de la population française. En effet, c’est auprès d’eux que les familles s’adressent pour les aides aux handicapés, à la petite enfance, à l’insertion. A cet égard, peu de nos concitoyens savent que le RMI devenu RSA est attribué par les départements ! Nous avons aussi la responsabilité des personnes âgées ; ainsi nous fournissons aux familles une aide personnalisée et nous assurons le financement des EHPAD, les établissements pour l’accueil de nos anciens. J’ai demandé aux services du département de donner une valeur à notre intervention au delà de l’aspect financier grâce à l’amélioration de l’accueil, de l’information due aux familles et des contrôles sur la qualité des services rendus par nos partenaires.

Nous accompagnons aussi les évolutions de la société dans la conception même de nos services aux personnes âgées. Comme vous le savez les sociologues ont établis que la détresse majeure du 3ème âge résulte de la solitude. C’est la raison pour laquelle, j’ai lancé les « EHPAD hors les murs » un dispositif qui permet, avec la même qualité d’assistance, de maintenir les aînés à leur domicile, dans leur environnement, dans leur sphère de vie. Nous avons mis en place dans l’Oise les « visiteurs de convivialité ». Ce sont des jeunes embauchés en contrat d’avenir par le Département qui reçoivent une formation qui les destine à l’accompagnement des personnes âgées, à l’organisations de visites régulières, à une participation à leur environnement et aux associations locales. Cette expérience de 18 mois donne du sens à des jeunes sans qualification et assure un lien entre la jeunesse et les personnes âgées.

L’innovation est sans cesse en mouvement !

Entretien entre Jean François Puech et Yves Rome au Sénat »

 

Retrouvez mon interview sur le site de News Press.

, ,

Commenter

Signature entre le Syndicat Mixte Oise Très Haut Débit et SFR : une étape décisive est franchie pour le THD dans l’Oise

Signature SFR

Avec Jean-Yves Charlier, Président Directeur Général de SFR

J’ai signé le 27 mars avec Jean-Yves Charlier, Président Directeur Général de SFR, la convention de délégation de service public qui prépare l’exploitation du réseau Très Haut Débit de l’Oise. Cette décision s’inscrit dans le cadre du Plan Oise Très Haut Débit, pour apporter la fibre optique au domicile de chaque Isarien (FttH, la fibre jusqu’à l’abonné).

C’est une étape majeure, après la passation du marché de travaux et le lancement des premiers chantiers en décembre dernier. L’ampleur et la durée du programme sont inédites en France, avec 278 000 prises à construire et 10 000 km de fibre optique à déployer en moins de 10 ans. Nous avons choisi de commencer par les zones les moins biens desservies, afin d’assurer l’égalité territoriale et de renforcer l’attractivité du département.

 

Avec la mise à très haut débit de l’Oise, les Isariens bénéficieront de débits au moins 200 fois plus rapides que l’ADSL de base, indispensables pour accéder aux nouveaux services.

Ce saut technologique favorise le développement économique, comme le montrent les exemples d’ADS à Beauvais, qui excelle dans l’e-commerce ou de l’AFT-IFTIM à Monchy-Saint-Eloi, qui dispense des formations en matière de transport à travers toute l’Europe grâce aux réseaux Internet. Ces entrepreneurs ont déjà su se saisir de l’outil numérique pour se développer. Avec le Plan Oise Très Haut Débit, toutes les sociétés de l’Oise bénéficieront des mêmes possibilités.

Le Conseil général est lui aussi particulièrement attentif au développement des nouveaux usages numériques : e-éducation (avec Ordi60 et maintenant, les tablettes tactiles) ; aide à l’emploi (WebForce3, l’école pour former en 3 mois aux nouveaux métiers du web ; WorkTools, la plate-forme virtuelle facilitant la recherche d’emploi ; l’Opendata ; l’intermodalité (avec www.oise-mobilite.fr) ; sécurité (logiciel d’alerte des sapeurs-pompiers)…

 

En construisant un nouveau réseau et en développant les usages, nous préparons ainsi, solidement, l’avenir de l’Oise.

 

 

Retrouvez le reportage diffusé aujourd’hui au 12 / 13 de France 3 Picardie :

Reportage France 3

Consultez également toutes les informations sur le Plan Oise Très Haut Débit sur www.oise-thd.fr.

, , , , , ,

Commenter

Une école du numérique va ouvrir dans l’Oise

WebForce3, une école innovante pour former en 3 mois aux nouveaux métiers du web, un secteur en plein essor, va s’implanter dans l’Oise (Creil). Nous avons officialisé la nouvelle le 20 mars, en présence d’Alain Assouline, son cofondateur, et du Maire de Creil.

 

Avec Alain Assouline, président – cofondateur de l’agence web Les Argonautes

Avec Alain Assouline, cofondateur de WebForce3

Je me félicite de cette implantation ici, dans l’Oise : ce choix marque la reconnaissance du département comme territoire pionnier. WebForce3 organisera des sessions courtes et concrètes, avec des débouchés immédiats. La formation est une réelle solution aux besoins grandissants et urgents de la filière en matière d’emploi. L’économie numérique a déjà créé 1 million d’emplois depuis 15 ans et ce chiffre est appelé à augmenter de façon exponentielle.

Cette implantation arrive logiquement, précisément une semaine avant la signature le 27 mars, avec le Président Directeur Général de SFR, Jean-Yves Charlier, de la convention de délégation de service public, préparant l’exploitation du réseau Très Haut Débit de l’Oise. Dans moins de 10 ans, chaque foyer isarien accèdera ainsi à la fibre optique depuis son domicile, avec des débits d’au moins 100 Mb / seconde.

En matière d’infrastructures de communication, comme en matière d’usages et de formation, l’Oise numérique garde ainsi une longueur d’avance !

 

Retrouvez la vidéo :

WebForce3

, , ,

Commenter

Plan France Très Haut Débit : la première conférence annuelle s’est réunie

Le 6 février, la première Conférence annuelle du Plan France Très Haut Débit s’est réunie au Ministère du Redressement Productif, en présence du Ministre Arnaud Montebourg et de Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée de l’innovation et de l’économie numérique.

 

Le Plan France Très Haut Débit, adopté en février 2013, figure parmi les premières mesures pour favoriser le retour de la croissance. Il vise à soutenir le développement des nouvelles technologies, l’économie numérique et à organiser la couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans, avec les collectivités locales. Pour atteindre cet objectif ambitieux, 20 milliards d’euros seront mobilisés sur 10 ans, dont environ 3 milliards d’euros de subvention pour soutenir les projets des collectivités.

 

Un an après l’adoption du Plan, l’ensemble des acteurs du Plan se sont réunis pour dresser un premier bilan d’étape et pour présenter les enjeux du développement du très haut débit en France.

Je suis intervenu à la table ronde sur les perspectives de développement avec le Directeur général de la Fédération Française des Télécoms, Yves Le Mouël, le Président directeur général d’Acome, Jacques de Heere, et du Vice-président de la Banque européenne d’investissement, Philippe de Fontaine-Vive :

Yves Rome intervention France Très Haut Débit

Cette conférence a été également l’occasion de présenter les initiatives concrètes d’usages innovants. L’Oise, pionnière de l’« école numérique », a retenu l’attention de l’Etat. Pour cette raison, une professeure d’espagnol du collège de Bresles est intervenue afin de présenter les usages numériques en classe, avec l’Ordi60 et le Netbook, au service de l’apprentissage des élèves isariens.

 

Cette première conférence l’a rappelé : le numérique emporte l’unanimité sur les territoires. Les assemblées locales, les entrepreneurs et les Français ont vu juste : le numérique est une chance pour nos économies et pour améliorer notre quotidien. Je fais confiance aux industriels pour donner leurs intentions d’engagement, car c’est pour eux, et pour nous tous, un enjeu économique majeur.

,

Commenter

Ordi6 : Les collégiens de l’Oise passent à la tablette

Dans le cadre du programme Ordi60, le Conseil général de l’Oise apporte un soutien de poids à la scolarité en dotant de tablettes tactiles les élèves entrés cette année en 6ème. Des outils à la pointe de la technologie qui assureront aux élèves l’accès à des contenus pédagogiques numériques, à tout moment et en tout lieu.

Avec Ordi60, comme avec le très haut débit, c’est l’Oise de demain que nous façonnons, pour vous et pour vos enfants.

Première remise de tablettes tactiles Ordi60 à Bresles, ce 5 décembre, au cours de laquelle j'ai pu rappeler l’évolution majeure que constitue cet outil en termes d’accès à l’information en ligne et au contenu pédagogique.

Première remise de tablettes tactiles Ordi60 à Bresles, ce 5 décembre, en présence d’Alain Blanchard, Vice-Président en charge de l’éducation et de la jeunesse.

Cinq ans après la première distribution d’ordinateurs aux collégiens de l’Oise, le Conseil général donne cette année un nouvel élan au programme Ordi60. Depuis le 5 décembre, le Département dote de tablettes tactiles les 11 000 collégiens de 6ème de l’Oise !

Le numérique est au cœur des collèges de l’Oise

Notre collectivité mène un projet ambitieux d’équipement numérique des collèges (1 ordinateur fixe pour 5 élèves en 2012, salles multimédia, tableaux blancs interactifs, accès au Très Haut Débit les collèges de l’Oise dès 2011).

Dans le cadre de cette politique globale du numérique dans les établissements scolaires, nous avons mis en place l’Espace Numérique de Travail (ENT). Depuis 2011, tous les collèges publics du département bénéficient de l’ENT. Cette plateforme est devenue incontournable pour moderniser les relations parents-enseignants en offrant à toutes les familles des services numériques pour suivre et accompagner la scolarité de leurs enfants.

Au cœur du programme numérique du Conseil général pour les collégiens, se trouve bien sûr le dispositif Ordi60.

Le dispositif Ordi60, au cœur de la modernité éducative   

Le dispositif Ordi60 du Conseil général vise à réduire la fracture numérique et à favoriser la réussite des élèves. Depuis 2009, 80 000 ordinateurs portables ont été distribués aux élèves et enseignants. Cette année, 11 000 élèves de 6éme bénéficieront à leur tour de cet outil.

Depuis plusieurs années, nous réfléchissons à la manière d’inscrire le dispositif Ordi60 au cœur de la classe. C’était le cas avec les classes numériques ou encore avec le netbook distribué l’année dernière. Le passage à la tablette vient couronner cette évolution : la tablette ouvre la voie au cartable numérique. Elle contient de nombreux outils et applications pédagogiques. Elle donne accès à Paraschool, site de soutien scolaire individualisé auquel le Conseil Général inscrit tous les collégiens, et à de nombreuses applications pédagogiques sélectionnées avec l’aide du rectorat.

De nouvelles pratiques pédagogiques vont pouvoir se développer grâce à ces applications. En effet, elles donnent la possibilité de jouer du piano sur sa tablette, de réaliser des exercices, de visiter le Louvre, de consulter des dictionnaires,  de parcourir la planète ou encore de pratiquer son anglais, soit autant de nouvelles manières d’apprendre.

Une éducation au numérique et par le numérique

Les jeunes ne sont pas tous égaux face au numérique. Malgré la familiarité et la rapidité d’acquisition de la génération numérique, une éducation spécifique aux usages doit être apportée aux jeunes.

L’accompagnement éducatif doit donc être placé au cœur du dispositif. A cet effet, nous avons noué depuis cinq ans un partenariat avec l’Education nationale, pour développer en commun les technologies éducatives dans les collèges publics du département et l’éducation à leurs usages.

11 000 tablettes tactiles distribuées cette année aux collégiens de l’Oise par le Conseil général.

LORDI 60_affiche_21x27ES DATES CLÉS D’ORDI60

• 2004
Le Département ouvre un grand chantier pour un collège numérique et des apprentissages interactifs.
• 2005-2008
Les établissements sont équipés en tableaux blancs interactifs et en ordinateurs fixes (1 pour 5 élèves, un niveau supérieur à la moyenne nationale).
• 2008
Le projet de distribution d’ordinateurs portables aux collégiens de l’Oise est voté par la majorité départementale en juin.
• 2009
Les premiers ordinateurs portables sont distribués dans les collèges du département.
• 2012-2013
Les élèves de 6e sont équipés de Netbook, des ordinateurs de petite taille.
• 2013-2014
Les tablettes remplacent les ordinateurs.

Retrouvez plus d’infos sur www.oise.fr et peo60.fr

Commenter

Le Très Haut débit dans l’Oise : c’est parti !


Les premiers coups de pioche des travaux d’installation de la fibre optique pour l’Internet à Très Haut Débit (THD) viennent d’être donnés ce lundi 2 décembre à Gouvieux (photo), Hermes et La Neuville-en-Hez.

 

 

 

 

 

Le Département de l’Oise a pris conscience, dès 2004, des enjeux de compétitivité et d’attractivité pour le devenir de son territoire et a décidé d’agir fortement pour l’aménagement numérique.

D’abord en matière de Haut Débit, avec une Délégation de service public TELOISE, dont l’objectif de rendre éligible 100% du territoire isarien à l’ADSL est atteint depuis 2012. A cet effet, 63,3 M€ d’investissements ont été injectés dont 47% de financement public, 1 100 km de câbles optiques ont été installés, permettant le raccordement des 81 collèges isariens et de 86 zones d’activité à la fibre optique.

Fort de ces résultats tangibles et face à l’évolution des usages et aux besoins en débit supérieur, le Conseil général a souhaité engager en 2012 une nouvelle étape en choisissant de passer l’Oise à Très Haut Débit.

A ce titre, un plan départemental ambitieux de raccordement de l’ensemble des foyers isariens à la fibre optique 100 M/bts a été adopté à l’unanimité de l’Assemblée départementale, pour un montant total de 263,5M€.

Pour assurer sa concrétisation, le Département a initié une démarche partenariale, en s’associant les financements de l’Europe, de l’Etat (53,8M€) et de la Région (16 M€) et en constituant le 6 juin dernier un Syndicat mixte ouvert « Oise Très Haut Débit », (SMOTHD), regroupant intercommunalités et communes appelés à soutenir ce plan. Le SMOTHD, dont l’objectif est de mener à bien le déploiement de la fibre, compte déjà à ce jour plus de 350 communes adhérentes, soit plus de 55% du périmètre concerné. Quel belle réussite, ne nous privons pas de le dire !

Au total, ce seront 10 000 km de fibre optique qui seront déployés et 278 000 prises FTTH construites en moins 7 ans, selon une programmation annuelle.

Ce plan Oise Très Haut Débit illustre la détermination du Conseil général à renforcer la compétitivité de nos territoires, à assurer l’égalité territoriale en luttant contre la fracture numérique et le sentiment d’isolement des populations, en particulier en zones rurales.

Commenter

Le collège numérique, un engagement pionnier reconnu par l’Éducation nationale.

Signature-convention

Signature de la convention avec Emmanuel Bertier, Préfet de l’Oise et Bernard Beignier, Recteur de l’Académie d’Amiens .

En cette rentrée, le choix de Ministère de l’Éducation nationale de retenir le collège Debussy à Margny-lès-Compiègne parmi les 23 établissements labélisés « collège connecté » est une reconnaissance venant récompenser notre engagement pionnier en faveur du numérique éducatif.

C’est aussi la preuve que l’Éducation nationale fait un pas supplémentaire vers les nouvelles technologies. Les initiatives innovantes des collectivités locales telles qu’Ordi60 ont assurément accéléré cette démarche.

Grâce au Conseil général, le collège numérique -déjà connecté au très haut débit- est une réalité dans l’Oise. Le dispositif Ordi60 s’inscrit dans un environnement éducatif complet composé de l’Espace Numérique de Travail, de tableaux numériques interactifs, d’une plateforme de soutien scolaire en ligne et du portail éducatif peo60.fr. Notre département est ainsi prêt à franchir un nouveau saut technologique pour les jeunes Isariens avec la remise cette année d’une tablette tactile aux élèves de 6ème.

Ce jour de rentrée a ainsi été pour moi l’occasion de rappeler la priorité donnée par le Département à l’éducation, d’affirmer notre engagement pionnier en faveur du numérique éducatif et de souligner la nécessité d’un partenariat fort avec l’Etat pour avancer dans ce domaine.

Commenter

Mon intervention au Sénat sur le contrôle de l’application des lois

imagesJe suis intervenu le 25 juin en séance publique au Sénat, sur le Rapport annuel de la Commission de contrôle de l’application des lois dont je suis membre.

 

Les lois sont de plus en plus nombreuses, variées, et fréquemment mises en œuvre, non pas par le gouvernement, mais par des autorités de régulation. Ainsi les Députés savent ce qu’ils font…mais pas toujours ce que les autres en feront !

La Commission de contrôle de l’application des lois, dont je suis membre, a été créée pour contrôler l’applicabilité des textes et veiller à leur mise en œuvre effective. Mon rapport sur l’activité des collectivités en matière de couverture numérique du territoire a été rédigé à cette fin.

 

L’ensemble des travaux sur les lois adoptées entre 2011 et 2012 a été compilé dans le Rapport annuel et adopté la semaine dernière en Commission.

Je suis intervenu en séance publique le 25 juin, en présence d’Alain Vidalies, Ministre délégué, chargé des Relations avec le Parlement, pour revenir sur l’application des lois par autorités administratives indépendantes, le Très Haut Débit et les Emplois d’Avenir.

 

Consultez mon intervention et retrouvez sur le site du Sénat toutes les informations, ainsi que la vidéo :

Yves Rome numérique sénat

, ,

Commenter