Archives de la catégorie VIE DES TERRITOIRES

Des collégiens de l’Oise ravivent la flamme du Soldat Inconnu, à l’Arc de Triomphe

« L’affirmation de la paix est le plus grand des combats. » : c’est en pensant à cette phrase de Jaurès que j’ai participé, avec les jeunes collégiens de Beauvais et de Chaumont-en-Vexin, à la cérémonie pour raviver la flamme du Soldat inconnu, à l’Arc de Triomphe, le 8 avril :

Cérémonie de ravivage de la flamme

 

, ,

Commenter

La Commission de Développement Durable de l’Oise : ensemble pour innover

CDDOJ’ai convié ce jeudi 3 avril, à l’Hôtel du Département, tous les membres du Conseil de Développement Durable de l’Oise, à l’occasion de l’Assemblée plénière. 2014 sera une année décisive, avec notamment la révision de notre Agenda 21.

Durant un an, les membres du CDDO, représentants des collectivités territoriales, des associations, des groupes professionnels et les élus, échangeront pour proposer des actions ambitieuses et innovantes. Il s’agit de prévoir une gestion des déchets respectueuse de l’environnement, des riverains et des contribuables ; l’accès à un logement de qualité ; la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

En 2014, nous travaillerons particulièrement au problème grandissant des transports et de la consommation d’énergie. Le développement du télétravail apportera une réponse, en lien avec le programme « Oise très haut débit » (la fibre optique pour tous, à domicile, en moins de 10 ans). Le Conseil général de l’Oise préfigure d’ailleurs un réseau de télécentres à l’échelle départementale, en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations et l’Union Européenne.

 

Les contributions du CDDO compléteront le travail de nos élus et de nos agents, tournés vers le même objectif : construire l’Oise de demain, durable et solidaire.

 

 

Toutes les informations sont sur Oise.fr.

, , ,

Commenter

« L’innovation est sans cesse en mouvement »

News Press a mis en ligne le 2 avril mon interview consacrée à l’innovation et au numérique dans l’Oise :

 

« 1. Gilles Babinet que je recevais la semaine dernière qualifiait le numérique de « pétrole » du 21ème siècle. Alors qu’elle est la place du numérique dans le département de l’Oise ?

NewspresseL’Oise a beaucoup de pétrole du 21ème siècle et le département a été précurseur dans ce domaine qui est un accélérateur de développement du territoire et de confort pour la population. Dès 2004, nous avons adopté un plan d’équipement numérique visant à mettre en place un véritable réseau de télécommunication propre au département. Nous avons décidé de déployer le Très Haut Débit avec pour objectif de raccorder tous les foyers à la fibre optique.

Car nous avons dans ce département une équation à résoudre: l’Oise est le département dans lequel la distance parcourue entre le domicile et le lieu de travail est l’une des plus longues dans notre pays soit 30 kilomètres par jour !

Je conçois le numérique comme un facilitateur de service au public. C’est pourquoi, nous encourageons le télétravail qui doit permettre une plus grande souplesse pour le recrutement des habitants de l’Oise. Il est vrai que le monde du travail dans notre pays est réfractaire à ce mode d’organisation de l’entreprise plus courant chez nos voisins. Mais, les choses évoluent et nous souhaitons apporter notre contribution.

2. Peut on parler de résistance au changement dans la société française et dans ses institutions ?

Vous évoquez les freins, les réticences. Oui je le crois. L’innovation dans le fonctionnement de l’administration, dans le mode d’organisation du service public bouleverse les habitudes et oblige à se remettre en question. Puisque vous me tendez la perche, les journalistes eux aussi ont une responsabilité et un rôle à jouer. A force de mettre en « une » ce qui ne fonctionne pas, « les trains qui n’arrivent pas à l’heure… », on donne l’impression à nos concitoyens que tout va mal !

Or l’Etat et les collectivités locales – ces dernières davantage peut être – ne cessent d’innover. Il serait utile que la presse relate aussi ces innovations, les initiatives des élus et des agents de la fonction publique ; bref ce qui fonctionne, ce qui marche. Le meilleur moyen de sortir de la sinistrose ambiante, c’est précisément de mettre en avant tous les atouts de notre pays.

3. En terme d’innovation quels sont donc les domaines que vous privilégiez ?

L’enseignement est un investissement sur l’avenir. Vos lecteurs ne le savent peut être pas ; nous partageons cette responsabilité avec l’Etat, le département assure l’investissement, l’entretien des collèges tandis que le ministère de l’éducation nationale s’occupe de l’enseignement et du corps enseignant. Nous avons décidé depuis 2009 de doter chaque collégien d’un ordinateur et depuis l’année dernière d’une tablette dans le cadre de l’opération « ordi60 ». Grâce à cet instrument les cours arrivent à la maison, les parents disposent d’un meilleur suivi des programmes, des leçons et des devoirs. Pour les enseignants, c’est un véritable outil pour travailler, pour préparer les cours, pour présenter les leçons en cours avec des logiciels éducatifs, pour faire participer la classe. Une relation directe se met en place entre les professeurs et leurs élèves. Les collégiens remettent leurs devoirs par mail à l’enseignant ou reçoivent des conseils, des précisions de sa part. On assiste à la transmission individuelle du savoir.

Par ailleurs au sein de ces collèges, nous avons favorisé l’acquisition de nouveaux logiciels, de nouvelles applications pour adapter l’enseignement aux nouvelles habitudes de nos jeunes. Le numérique entraine une véritable révolution pédagogique et de la vie scolaire. C’est pour cette raison qu’un de nos collèges a été sélectionné avec 22 autres établissement du premier degré pour expérimenter le dispositif « des collèges connectés ».

4. Les départements interviennent essentiellement dans le domaine social. Comment moderniser les services au public dans un domaine qui se résume souvent à l’attribution d’aides financières ?

Les départements sont aujourd’hui le « socle social » de la population française. En effet, c’est auprès d’eux que les familles s’adressent pour les aides aux handicapés, à la petite enfance, à l’insertion. A cet égard, peu de nos concitoyens savent que le RMI devenu RSA est attribué par les départements ! Nous avons aussi la responsabilité des personnes âgées ; ainsi nous fournissons aux familles une aide personnalisée et nous assurons le financement des EHPAD, les établissements pour l’accueil de nos anciens. J’ai demandé aux services du département de donner une valeur à notre intervention au delà de l’aspect financier grâce à l’amélioration de l’accueil, de l’information due aux familles et des contrôles sur la qualité des services rendus par nos partenaires.

Nous accompagnons aussi les évolutions de la société dans la conception même de nos services aux personnes âgées. Comme vous le savez les sociologues ont établis que la détresse majeure du 3ème âge résulte de la solitude. C’est la raison pour laquelle, j’ai lancé les « EHPAD hors les murs » un dispositif qui permet, avec la même qualité d’assistance, de maintenir les aînés à leur domicile, dans leur environnement, dans leur sphère de vie. Nous avons mis en place dans l’Oise les « visiteurs de convivialité ». Ce sont des jeunes embauchés en contrat d’avenir par le Département qui reçoivent une formation qui les destine à l’accompagnement des personnes âgées, à l’organisations de visites régulières, à une participation à leur environnement et aux associations locales. Cette expérience de 18 mois donne du sens à des jeunes sans qualification et assure un lien entre la jeunesse et les personnes âgées.

L’innovation est sans cesse en mouvement !

Entretien entre Jean François Puech et Yves Rome au Sénat »

 

Retrouvez mon interview sur le site de News Press.

, ,

Commenter

Made in 60 : découvrez les ambassadeurs de l’Oise

L’Hôtel du Département accueille une nouvelle exposition, consacrée au « Made in 60 » : 40 entrepreneurs de l’Oise présentent leurs produits, entre nouvelles technologies et traditions, exportés en France, en Europe et dans le monde.

L’Oise abrite en effet des industries parmi les plus grands groupes français : Colgate, Lustucru, AGCO, Givenchy, Chanel… Au total, plus de 40 000 sociétés, multinationales, PME-PMI et entreprises artisanales, sont implantées dans le département.

Le Conseil général lance le label « Made in 60 » en 2014 pour développer la visibilité et la notoriété de leurs produits. C’est un atout supplémentaire pour véhiculer l’image de notre territoire, qui allie excellence et dynamisme. Le label vise aussi à fédérer l’ensemble des sociétés de l’Oise, pour les aider à se démarquer davantage encore sur le marché.
Avec le label « Made in 60 », le Conseil général crée les conditions favorables pour soutenir le développement des entreprises isariennes, et attirer dans l’Oise les nouveaux entrepreneurs.

Avec les Ambassadeurs du « Made in 60″

 

 

Toutes les informations concernant le label « Made in 60 » sont sur Oise.fr.

, ,

Commenter

3 jeunes rejoignent la Mairie de Maignelay-Montigny avec les contrats Emploi d’Avenir

Le 20 février, avec Denis Flour, Maire de Maignelay-Montigny, et une jeune bénéficiaire d'un contrat Emploi d'avenir

Le 20 février, avec Denis Flour, Maire de Maignelay-Montigny, et une jeune bénéficiaire d’un contrat Emploi d’avenir

La municipalité de Maignelay-Montigny a recruté 3 jeunes Isariens en Emploi d’avenir. Ils rejoignent les services communaux à temps plein, sur des missions qualifiantes, qu’ils apprendront grâce à leur tuteur.

 

Ces contrats sont un outil efficace pour mettre un premier pas dans la vie active, sur un marché du travail qui laisse souvent peu de place aux jeunes.

Le Conseil général de l’Oise a donc créé une réelle dynamique soutenir le dispositif, en fixant l’objectif ambitieux de 400 recrutements d’ici la fin de l’année, dont 200 dans les services départementaux.

Pour faciliter le recours au dispositif, le Département accompagne financièrement, durant 3 ans, les employeurs (communes, EPCI et associations locales). Cet appui complète les autres aides publiques, notamment celle de l’Etat, et limite ainsi considérablement le reste à charge des recruteurs.

 

 

Tous les détails sur le dispositif sur Oise.fr, par téléphone au 03 44 06 65 99, ou par mail, en écriant à emploi-avenir(at)cg60.fr.

, , ,

Commenter

Giraumont renforce son offre de logements accessibles à tous

En compagnie d'André Vantomme, Président de l'OPAC de l'Oise, 1er Vice-président du Conseil général, Joseph Sanguinette, Vice-président du Conseil général, Conseiller général du canton, et Charles Pouplin, Conseiller général du canton d'Estrées-Saint-Denis.

En compagnie d’André Vantomme, Président de l’OPAC de l’Oise, 1er Vice-président du Conseil général, Joseph Sanguinette, Vice-président du Conseil général, Conseiller général du canton, et Charles Pouplin, Conseiller général du canton d’Estrées-Saint-Denis.

La commune de Giraumont dispose désormais de 12 logements locatifs supplémentaires, pour répondre à la demande des habitants de pouvoir se loger à coût abordable. Le projet immobilier a été conduit en partenariat avec la commune, qui a mis à disposition le terrain, le bailleur social, l’OPAC de l’Oise, et le Département, qui a apporté une subvention de 61 000 €.

 

Au Conseil général, alors même que le logement n’est pas une compétence obligatoire, nous sommes fermement convaincus de la nécessité d’appuyer les partenaires du logement –collectivités locales et bailleurs sociaux. C’est pourquoi nous avons créé dès 2004, en partenariat avec la Région Picardie, le Fonds Départemental d’Intervention en faveur du Logement, une enveloppe de 6 millions d’euros pour aider les bailleurs sociaux à équilibrer financièrement leurs projets. 6 074 logements sociaux ont vu le jour grâce au dispositif.

En complément, les collectivités et porteurs de projets locaux peuvent compter sur l’Etablissement Public Foncier Local de l’Oise (428 communes adhérentes), qui a mobilisé depuis 2009 plus de 5 millions d’euros en maîtrise foncière et 29 millions d’euros en bail emphytéotique, pour près de 2 000 logements locatifs construits grâce à cette mobilisation sans égal.

 

 

Toutes les informations sur Oise.fr et sur le site de l’EPFLO.

, , , ,

Commenter

Aéroport de Beauvais – Tillé : 1 236 emplois locaux et plus de 90 millions d’euros injectés dans l’économie locale

 

Lors de la présentation du rapport du BIPELe 13 février, le bureau d’étude BIPE a présenté l’étude d’impact socio-économique de la plateforme de Beauvais – Tillé. Cette mission lui avait été confiée par l’Observatoire des retombées socio-économiques de l’aéroport, mis en place par le SMABT, le syndicat des collectivités propriétaires de la plateforme.

 

L’étude indique que l’aéroport, 8ème de France, bénéficie largement au territoire : plus de 90 millions d’euros sont injectés dans l’économie locale chaque année. 1 236 emplois sont liés à l’activité de la plateforme, notamment aux acteurs du tourisme, aux sous-traitants et professionnels du BTP.

Des infrastructures et un service modernisés

Ces résultats découlent du partenariat entre les collectivités locales, le Conseil général de l’Oise, la Région Picardie et la Communauté d’Agglomération du Beauvaisis, réunies au sein du Syndicat Mixte (SMABT), pour moderniser la plateforme. Le Plan d’investissement prévoit 70 millions d’euros investissements jusque 2023. 90% des travaux déjà réalisés (soit 45 millions d’euros) ont été menés par des entreprises de l’Oise.

L’aéroport bénéficie d’infrastructures rénovées (réfection de la piste principale, pour 14,5 millions d’euros) et d’outils technologiques performants (installation du système d’atterrissage tout temps ILS Cat III). Les travaux de la nouvelle tour de contrôle seront lancés en 2014.

Le service aux voyageurs a été renforcé, avec le nouveau terminal T2 (12 millions d’euros), un accès plus fluide à la plateforme (doublement de RD 1001 de la sortie de l’autoroute jusqu’à la route de Troissereux, pour 6,75 millions d’euros) et les nouveaux parkings (1 million d’euros). En 2014, les travaux seront lancés pour construire la future plateforme multimodale destinée aux usagers accédant à la plateforme par transports publics (2,8 millions d’euros).

Les collectivités travaillent avec les représentants locaux du tourisme pour optimiser les retombées touristiques, avec des initiatives comme l’installation du Point d’Information aux Voyageurs au terminal T2 et la création du site www.destination-beauvais-paris.com.

Lire la suite »

,

Commenter

Rallier Estrées-Saint-Denis et Remy à pieds ou en vélo : c’est maintenant possible

Avec Hélène Balitout, conseillère générale du canton de Ribécourt-Dreslincourt, Joseph Sanguinette, conseiller général du canton de Ressons-sur-Matz, Marcel Fouet, président de la communauté de communes de la Plaine d’Estrées, Charles Pouplin, conseiller général du canton d’Estrées-Saint-Denis et les membres du club cyclotouriste de Chevrières.

Avec Hélène Balitout, conseillère générale du canton de Ribécourt-Dreslincourt,
Joseph Sanguinette, conseiller général du canton de Ressons-sur-Matz, Marcel Fouet,
président de la communauté de communes de la Plaine d’Estrées, Charles Pouplin,
conseiller général du canton d’Estrées-Saint-Denis et les
membres du club cyclotouriste de Chevrières.

Les piétons et cyclistes de la Communauté de communes de la Plaine d’Estrées peuvent emprunter une nouvelle piste sécurisée : 2,2 km de voies entre Estrées-Saint-Denis et Remy, pour accéder aux services de proximité (établissements scolaires, équipements sportifs…), aux pôles d’activité, ou simplement se promener. Le Département a soutenu le projet à hauteur de 110 000 €, sur un coût total de 425 000 €, aux côtés de la Région (128 000€).

 

Cet aménagement complète l’offre de circulation douces dans l’Oise, développée par le Département par le dispositif d’aide aux communes et grâce à la Trans’Oise. Construite par le Département et la Région, la Trans’Oise est un tracé sécurisé, réservé aux usagers non motorisés. Depuis 2009, près de 400 000 passages ont été comptabilisés, sur 92 km. A terme, elle s’étendra sur 240 km.

 

Toutes les informations sur Oise.fr.

, , , ,

Commenter

Déviation de Troissereux : la dernière étape a été franchie

Signature du contrat de partenariat, le 13 janvier

Signature du contrat de partenariat, le 13 janvier

J’ai signé le 13 janvier le contrat de partenariat portant sur la maîtrise d’ouvrage et le portage financier de la déviation de Troissereux : nous avons enfin franchi la dernière étape pour lancer le chantier. Grâce au travail constant et obstiné des élus du Département depuis 2004, nous avons ainsi mis un terme à un demi-siècle de vaines tentatives.

 

Les travaux débuteront courant 2014, pour construire notamment une 2×2 voies d’environ 7 kilomètres, 3 échangeurs et les raccordements aux voies existantes.

 

La RD 901 occupe une place éminente dans l’Oise, véritable carrefour d’échange du département et avec les territoires voisins.

La déviation résorbera les ralentissements du trafic, insupportables, générés par les 17 000 véhicules qui empruntent quotidiennement la route. Les usagers gagneront un temps précieux chaque jour. La traversée de Troissereux, délestée d’une grande partie du trafic, sera aussi plus sûre pour les habitants de la commune.

Lire la suite »

, , ,

Commenter

Ordi6 : Les collégiens de l’Oise passent à la tablette

Dans le cadre du programme Ordi60, le Conseil général de l’Oise apporte un soutien de poids à la scolarité en dotant de tablettes tactiles les élèves entrés cette année en 6ème. Des outils à la pointe de la technologie qui assureront aux élèves l’accès à des contenus pédagogiques numériques, à tout moment et en tout lieu.

Avec Ordi60, comme avec le très haut débit, c’est l’Oise de demain que nous façonnons, pour vous et pour vos enfants.

Première remise de tablettes tactiles Ordi60 à Bresles, ce 5 décembre, au cours de laquelle j'ai pu rappeler l’évolution majeure que constitue cet outil en termes d’accès à l’information en ligne et au contenu pédagogique.

Première remise de tablettes tactiles Ordi60 à Bresles, ce 5 décembre, en présence d’Alain Blanchard, Vice-Président en charge de l’éducation et de la jeunesse.

Cinq ans après la première distribution d’ordinateurs aux collégiens de l’Oise, le Conseil général donne cette année un nouvel élan au programme Ordi60. Depuis le 5 décembre, le Département dote de tablettes tactiles les 11 000 collégiens de 6ème de l’Oise !

Le numérique est au cœur des collèges de l’Oise

Notre collectivité mène un projet ambitieux d’équipement numérique des collèges (1 ordinateur fixe pour 5 élèves en 2012, salles multimédia, tableaux blancs interactifs, accès au Très Haut Débit les collèges de l’Oise dès 2011).

Dans le cadre de cette politique globale du numérique dans les établissements scolaires, nous avons mis en place l’Espace Numérique de Travail (ENT). Depuis 2011, tous les collèges publics du département bénéficient de l’ENT. Cette plateforme est devenue incontournable pour moderniser les relations parents-enseignants en offrant à toutes les familles des services numériques pour suivre et accompagner la scolarité de leurs enfants.

Au cœur du programme numérique du Conseil général pour les collégiens, se trouve bien sûr le dispositif Ordi60.

Le dispositif Ordi60, au cœur de la modernité éducative   

Le dispositif Ordi60 du Conseil général vise à réduire la fracture numérique et à favoriser la réussite des élèves. Depuis 2009, 80 000 ordinateurs portables ont été distribués aux élèves et enseignants. Cette année, 11 000 élèves de 6éme bénéficieront à leur tour de cet outil.

Depuis plusieurs années, nous réfléchissons à la manière d’inscrire le dispositif Ordi60 au cœur de la classe. C’était le cas avec les classes numériques ou encore avec le netbook distribué l’année dernière. Le passage à la tablette vient couronner cette évolution : la tablette ouvre la voie au cartable numérique. Elle contient de nombreux outils et applications pédagogiques. Elle donne accès à Paraschool, site de soutien scolaire individualisé auquel le Conseil Général inscrit tous les collégiens, et à de nombreuses applications pédagogiques sélectionnées avec l’aide du rectorat.

De nouvelles pratiques pédagogiques vont pouvoir se développer grâce à ces applications. En effet, elles donnent la possibilité de jouer du piano sur sa tablette, de réaliser des exercices, de visiter le Louvre, de consulter des dictionnaires,  de parcourir la planète ou encore de pratiquer son anglais, soit autant de nouvelles manières d’apprendre.

Une éducation au numérique et par le numérique

Les jeunes ne sont pas tous égaux face au numérique. Malgré la familiarité et la rapidité d’acquisition de la génération numérique, une éducation spécifique aux usages doit être apportée aux jeunes.

L’accompagnement éducatif doit donc être placé au cœur du dispositif. A cet effet, nous avons noué depuis cinq ans un partenariat avec l’Education nationale, pour développer en commun les technologies éducatives dans les collèges publics du département et l’éducation à leurs usages.

11 000 tablettes tactiles distribuées cette année aux collégiens de l’Oise par le Conseil général.

LORDI 60_affiche_21x27ES DATES CLÉS D’ORDI60

• 2004
Le Département ouvre un grand chantier pour un collège numérique et des apprentissages interactifs.
• 2005-2008
Les établissements sont équipés en tableaux blancs interactifs et en ordinateurs fixes (1 pour 5 élèves, un niveau supérieur à la moyenne nationale).
• 2008
Le projet de distribution d’ordinateurs portables aux collégiens de l’Oise est voté par la majorité départementale en juin.
• 2009
Les premiers ordinateurs portables sont distribués dans les collèges du département.
• 2012-2013
Les élèves de 6e sont équipés de Netbook, des ordinateurs de petite taille.
• 2013-2014
Les tablettes remplacent les ordinateurs.

Retrouvez plus d’infos sur www.oise.fr et peo60.fr

Commenter